Tableau de bord

Chiffrage impact crise sanitaire - Covid 19

-A +A
Version imprimablePDF

Il est encore trop tôt pour chiffrer précisément les effets de la crise sanitaire : les indicateurs ne sont pas consolidés et de nombreuses enquêtes sont en cours. De plus, les situations des entreprises sont en forte évolution du fait du contexte incertain et des mesures d'accompagnement progressivement mise en place par les pouvoirs publics et les institutions.

En attendant, cette rubrique compile des indicateurs et des estimations d'origines diverses, recueillies à partir de questionnaires, d'entretiens ou encore de projections. Bien qu'utiles, ces chiffrages sont donc à relativiser. Nous les actualisons au fur et à mesure.
 

 

Dates clefs
 

29 févier interdiction des rassemblements confinés de plus de 5 000 personnes
8 mars interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes
13 mars interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes 
14 mars fermeture des lieux recevant du public et confinement général
Juin autorisation de reprise sous conditions de mesures sanitaires, mais beaucoup de structures culturelles l'estime incompatible pour des raisons artistiques ou économiques. 
20 juillet : port du masque obligatoire dans les lieux publics clos, mais le décret dérogatoire du 10 juillet rend possible l'absence de masque pour les personnes assises et observant la distanciation sociale (sauf décision contraire du Préfet ou de l'organisateur)
 

 Données globales

 

CPNEF-SV

Source : Tableau de bord statistique de l'emploi. Données 2017 Audiens/ OPMQC-SV.
 

  • Les entreprises
    100% des entreprises du spectacle vivant impactées, publiques ou privées, dont la totalité sans aucune activité de mars à juin. Soit plus de 21 200 entreprises : 
    * plus de 20 150 entrepreneurs de spectacles vivants -producteurs, diffuseurs et exploitants de lieux (salles de spectacles, festivals, opéras, orchestres, compagnies, ensembles et groupes musicaux, cirques, cabarets, music-hall, producteurs de spectacles, tourneurs...)-.
    * plus de 1 050 prestataires techniques au service de la création et de l'événement (sociétés et fournisseurs dans les domaines de la structure scénique, rigging, plateau, machinerie, son, lumière, vidéo, décors, costume, coiffure, perruque, maquillage...).
     
  • Les salariés
    100% des salariés du spectacle vivant impactés, dont la majorité sans possibilité d'activité partielle et/ou de télétravail
    Soit plus de 217 160 salariés, dont :
    66% de salariés intermittents (CDDU) et 34% de salariés permanents (CDI/CDD)
    44% d'artistes interprètes (comédiens, musiciens, chanteurs, danseurs, artistes de cirques, artistes visuels...)
     
  • L'activité, de mars à juin 
    * Annulation de toutes les représentations des spectacles
    * Arrêt des activités de création, des répétitions, de production/diffusion, des résidences, d'éducation artistiques et culturelles, d'interventions, des prestations techniques, des services annexes (bar, restauration, marchandising)...
    * Fermeture de plus de 1 000 salles de spectacles
    * Annulation de près de 2 600 événements et festivals, dont 2/3 musicaux (source France Festivals SoFEST), liste non exhaustive et non classée : Chorégraphie d'Orange, Festival d'art lyrique d'Aix en Provence, Le festival d'Avignon (In), Festival Off d'Avignon, Francofolies, Garorock, Rock en Seine, Solidays, Hell fest, Eurokéennes, Mainsquare, Printemps de Bourges, Lollapalooza, Roque Anthéron, Nuits de Fourvière, Printemps des comédiens, Montpellier danse, Jazz à Jouan, Jazz à Vienne, Musillac, Europavox, Marsatac, Les jeux de théâtre, woorstower, Les Vieilles Charrues, Beauregard...
     
  • L'impact de la crise sur les métiers sur la période de confinement

         Les métiers du spectacle vivant au temps du coronavirus. Quelles vulnérabilités ?                         
                                 Etude de la CPNEF-SV. Série Perspectives, Juin 2020

     

  • Conséquences de la crise sanitaire dans le spectacle vivant - Constats et risques
    Document de la CPNEF-SV - Série Perspective - 29 juillet 2020
    Eléments de diagnostic non exhaustif et proposé au débat

     

L'impact de la crise sanitaire sur l'emploi des salariés intermittents du spectacle vivant
Série Perspectives 
Données Pôle emploi - Publication en cours de préparation ; diffusion prévue courant septembre.

 

 

Ministère de la culture - Département études, prospective et statistiques

Source : Analyse de l'impact de la crise du covid 19 sur les secteurs culturels - mai 2020

L'activité

  • En 2020, la baisse d'activité est estimée à à près de 72% du chiffre d'affaires pour l'ensemble des structures du spectacle vivant(1), soit une perte d'activité de -4,2 Md€.
  • La baisse d'activité atteint jusqu'à 97% d'avril à août.
  • Elle touche de manière homogène tout le spectacle vivant : musique, art dramatique, danse, arts du cirques ou de la rue.
  • 86 % des structures ont recouru ou prévu de recourir à l'activité partielle et 87% au report de charges sociales/fiscales.

  (1) Ensemble du périmètre NAF : 90.01Z, 90.02Z, 90.04Z, 90.03B
 

 

 

 

Afdas - Formation professionnelle
 

Accès au dispositif FNE-formation (Fond national pour l'emploi pour les salariés en activité partielle) 
De janvier au 9 juillet 2020

  • 340 entreprises du spectacle vivant ont mobilisé le FNE-formation 
  • 1 504 salariés en activité partielle bénéficiaires d'actions de formation  
  • Pour un total de 29 351 heures de formation (20 heures par salarié en moyenne) et 1 568 996,65 € de coûts pédagogiques (1 043 € par salarié en moyenne).


Afdas - Bilan FNE-Formation au 9 juillet 2020 -Bilan comparatif

 

Guso - Guichet unique pour les employeurs occasionnels de salariés intermittents du spectacle vivant
 

  • Déclarations au Guso
    144 233 déclarations d'employeurs relevant du périmètre du Guso de janvier à juin 2020 (-52,8% par rapport à la même période en 2019)
     
  • Contributions sociales encaissées 
    29 544 K€ de janvier à juin 2020 (-45,0% par rapport à la même période en 2019)
    +6,5% en janvier ; +8,2 en février ; -11,7 % en mars ; -82,4 % en avril ; -89,3% en mai ; -83,2% en juin
     
  • Employeurs (en nombre en 2020 et en % pour l'évolution par rapport à 2019)
    8 527 en janvier (-4,0%); 7 456 en févier (+3,4) ; 7594 en mars (-5,5%) ; 1 195 en avril (-87,4%) ; 1 072 en mai (-87,3%) ; 2 206 en juin (-74,8%)
     
  • Salariés (en nombre en 2020 et en % pour l'évolution par rapport à 2019)
    14 981 en janvier (-2,2%); 14 166 en févier (-0,8) ; 14 334 en mars (-4,8%) ; 2 839 en avril (-84,7%) ; 2 457 en mai (-85,1%) ; 4 269 en juin (-75,4%)
     
  • Salaires bruts déclarés (en K€ en 2020 et en % pour l'évolution par rapport à 2019)
    12 278 K€ en janvier (+3,2%); 10 080 K€ en févier (+3,6) ; 6 392 K€ en mars (-46,2%) ; 1 550 K€ en avril (-87,5 %) ; 1 408 K€ en mai (-89,1) ; non précisé en juin

Source : Tableau de bord de juin 2020, publié par Guso Pôle emploi. 
Attention, les déclarations sociales peuvent être décalées dans le temps (envoi/traitement), ce qui explique les résultats pour le mois de mars notamment. 

 

 

Secteur public : entreprises artistiques et culturelles,
et établissements culturels du spectacle vivant

 

SYNDEAC, SNSP, Forces musicales, Profedim, ARENES, SCC, SYNAVI
 
  • Les entreprises
    100% des entreprises du spectacle vivant public durement impactées, labellisées ou indépendantes (tous domaines : théâtre, mime, marionnette, musique, danse, cirque, arts de la rue, cabaret, arts visuels..) : opéras nationaux et régionaux, orchestres nationaux et régionaux, théâtres nationaux, centres dramatiques nationaux, scènes nationales, centres chorégraphiques nationaux, scènes conventionnées, théâtres de ville, centres culturels, compagnies, ensembles ou groupes musicaux, festivals, centres de création musicale, centres de recherche musicale,…

     

Usep-SV (SYNDEAC, SNSP, Forces musicales, Profedim)

Source : communiqué du 16 juin - Données issus d'enquête, période février/juin.
 

  • Les entreprises
    900 entreprises artistiques et culturelles très durement impactées, notamment : centres dramatiques nationaux, centre chorégraphiques nationaux, centres de développement chorégraphiques nationaux, centres nationaux et régionaux de création musicale, scènes nationales, scènes conventionnées, orchestres permanents, opéras, théâtres de ville, compagnies, festivals, ensembles musicaux, etc.
     
  • L'activité
    18 665 représentations annulées
    16 442 jours de répétitions et résidences annulés (France et étranger)
    64 673 heures d'activités annexes et d'ateliers artistiques annulées
     
  • Le chiffre d'affaire
    84 478 322 euros de recettes perdues
    dont 47% de recettes de billetterie, 10 % de recettes d'activités annexes (éducation artistique et culturelle, bar,...) et 8% de recettes de mécénat 
     
  • L'emploi
    Près de  110 000 salariés impactés
    Salariés permanents CDI : 52% des entreprises ont eu recours à l'activité partielle 
    Salariés permanents CDD : 37% des entreprises ont eu recours à l'activité partielle
    Salariés intermittents : 40% des entreprises ont eu recours à l'activité partielle
     

 

SMA (Syndicat des musiques actuelles), réseaux et fédérations de musiques actuelles

Source : communiqué du 25 mars et du 25 juin. Estimations sur la période de mars à fin août.
 

  • Les entreprises
    1 500 structures de la filière des musiques actuelles très durement impactées, notamment : scènes de musiques actuelles (SMAC), salles de concerts, studios de répétitions, producteurs et diffuseurs indépendants de musique
    15% se sentent menacées de faillite dans les prochains mois
    50% a déjà sollicité le Fonds de secours du CNM et 50% le Fonds de solidarité
    12% ont eu recours au prêt garanti par l'Etat par crainte de s'endetter sans capacité de remboursement
     
  • L'activité
    Annulation de 16 000 représentations musicales et report incertain de 7 500 représentations
    80% des entreprises ont activé le dispositif d'activité partielle
    Pendant le confinement : aucune activité
    A partir de juin :
    * les salles de concert : 60% ont décidé de maintenir une activité de diffusion "alternative" (concert chez l'habitant ou sur rendez-vous, représentations en plein air, livestreams...)
    * les studio de répétition : reprise des résidences de création et des répétitions
    * les festivals : toujours annulés, sans possibilité d'indemnisation par les assureurs et rencontrant des difficultés avec les opérateurs de billleterie, tentatives de report à la rentrée
    * les producteurs : très en dangers du fait de perte de près de 87% de leur recettes propres
     
  • Le chiffre d'affaire
    300 millions de pertes de recettes propres
    1 structure sur 2 estime à plus de 50% ses pertes de CA pour 2020, et cela si le spectacle venant à reprendre en septembre

    Plus de détails et voir les revendications

     

Entreprises privées du spectacle vivant 

 

PRODISS : Syndicat national des producteurs, diffuseurs et salles de spectacle

Source : Etude d’impact du COVID-19 sur le secteur du live,  réalisée par  EY -Ernst & Young Advisory-
Enquête auprès des adhérents du  PRODISS. Mai 2020.

Si pas de reprise possible avant janvier 2021, cas d'un scénario noir :

  • Les entreprises 
    Plus de 350 entreprises très durement impactées (producteurs, diffuseurs, salles de spectacles, festivals...), dans les domaines des musiques actuelles, des comédies musicales, de l'humour et des variétés
    51% des entreprises font face à un risque majeur (producteurs et diffuseurs indépendants) 
    40 % des entreprises font face à un risque modéré avec une santé financière fragile.
    9 % des entreprises font face à un risque faible, avec une santé financière dégradée. 
  • Le chiffre d'affaire 
    Du 1er mars jusqu’au 31 mai 2020 :
    96 % de pertes de CA pour les festivals dont la quasi-totalité sont annulés.
    590 M€ de perte totale de CA
     (recettes de billetterie, contrats de cession de spectacles, locations de salles, recettes annexes de bar, restauration, sponsoring…) causée par l’interruption forcée des activités de l’ensemble du secteur .
    D'ici à fin 2020 : 84 % de pertes de CA  soit 1,8Mds€ du CA prévisionnel du secteur du spectacle vivant et de variété.  
  • L'activité
    9 600 représentations annulées d'ici la fin de l'année, soit 80% du nombre de spectacles qui auraient du se tenir en 2020. 
  • L'emploi
    Les salariés permanents : 46% menacés directement d’ici à la fin de l’année (près de 4 180), et 2 800 à 3 300  salariés supplémentaires d'ici à 2021 
    Les salariés intermittents : 76% menacés de pertes d'emploi  ( près de 21 600) 
    Les emplois indirects des prestataires et fournisseurs, du spectacle et hors spectacle : 20 000 emplois menacés

     
SNDTP : Syndicat National du Théâtre Privé
 
  • Les entreprises
    100% des adhérents durement impactés, soit plus d'une cinquantaine d'entreprises (producteurs, diffuseurs, théâtres et salles indépendantes)
     
  • Le chiffre d'affaire 
    Du 1er mars jusqu’au 31 mai 2020 :
    63  % de pertes de CA estimée
     
  • L'emploi
    5 500 emplois menacés

     

CAMULC : Syndicat national des cabarets, music-halls et lieux de création
 
  • Les entreprises
    100% des adhérents durement impactés, soit environ une centaine d'entreprises (cabarets, music-hall, salles de spectacles indépendants).
     
  • Le chiffre d'affaire 
    Du 1er mars jusqu’au 31 mai 2020 :
    50  % de pertes de CA estimée
     
  • L'emploi
    3 500 emplois menacés

     

SNES : Syndicat National des Entrepreneurs de Spectacle
 

  • Les entreprises
    100% des adhérents durement impactés, soit près de 300 entreprises (producteurs et diffuseurs indépendants)

 

Prestation : entreprises techniques au service de la création et de l'événement

 

 SYNPASE : Syndicat national des Prestataires de l’Audiovisuel Scénique et Evènementiel

Source : Enquête réalisée auprès de ses adhérents. Communiqué du 24 juillet 
 

  • Entreprises
    Environ 200 entreprises prestataires de services techniques pour la création et l'événement durement impactés (assurent la mise en oeuvre des techniques scéniques : structure, scènes, décors, sonorisation, éclairage, vidéo, pyrotechnicien, costume, maquillage, coiffure...)
    89% des entreprises  ont eu recours à l’activité partielle

    72% des entreprises ont fait des demandes de report de charges sociales
     
  • Chiffre d'affaire
    De mars à fin de l'été : chiffre d'affaires proche de 0
    Du 1er septembre au 31 décembre : un chiffre d'affaires situé entre 15% et 20% par rapport à l'activité habituelle, d'après des projections "optimistes" 

    Années 2021 : un chiffre d'affaires autour de 50 % par rapport à une année normale, d'après des projections "optimistes"

    Référence année normale : environ 1 milliard d'€.
    Perte estimée en 2020 : 800 millions d'€
    Perte estimée en 2021 : 500 millions d'€

     

  • L'activité
    De la mi-mars à la fin de l'été, toutes les sociétés de location et de prestation sont à l'arrêt ou en reprise très limitée. Celles qui travaillent pour les festivals sont particulièrement touchées.

     
  • Emploi
    95% environ des salariés ont été en activité partielle pendant le confinement
    60% des entreprises pensent être contraintes de licencier des salarié-es permanents dans les mois à venir 
    53% estiment le risque de dépôt de bilan élevé ou très élevé dans les mois à venir