Tableau de bord

Conséquences de la crise sanitaire - Covid 19

-A +A
Version imprimablePDF

Dates clefs

2020
29 févier 2020 interdiction des rassemblements confinés de plus de 5 000 personnes
8 mars 2020 interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes. 13 mars interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes 
14 mars 2020 fermeture des lieux recevant du public et confinement général
Mai 2020 : le Président annonce un plan pour la culture, qui comprend notamment l'année blanche pour les intermittents (prolongement des allocations chômages au régime spécifique jusqu'en aout 2021)
Juin 2020 : autorisation de reprise sous conditions de mesures sanitaires, mais beaucoup de structures culturelles l'estime incompatible pour des raisons artistiques ou économiques. 
Août 2020 : ajustement des mesures sanitaires selon les zones vertes/rouges. Interdiction des rassemblement de plus de 5 000 personnes.
Les spectacles et concerts en configuration debout ne sont toujours pas autorisés en intérieur.
Septembre 2020 : maintien des restrictions en fonction des zones. Activité réduite ou à l'arrêt. Autorisation de reprise d'activité avec contact physique sur les plateaux, dans le respect des protocoles sanitaires établis par la profession
Octobre 2020 : interdiction des spectacles sous-chapiteaux, dont cirque.
17 octobre 2020 : instauration d'un couvre-feu dans certaines agglomérations de 21h à 6h.
30 octobre 2020 re-confinement sur tout le territoire. La culture est exclue des activités essentielles listées par le gouvernement.
Certaines activités hors publics sont autorisées : créations, répétitions, enregistrements...
2021
Début 2021 : toujours pas de réouverture prévue, couvre feu à 19h.
Mars/avril 2021 : manifestations et occupations de lieux culturels sur tout le territoire (une centaine de lieux , dont le Théâtre national de l'Odéon, le TNS...). Le secteur culturel élargit son mouvement à tous les précaires et à la défense des droits de tous les travailleurs.
19 Mai : réouverture progressive des lieux culturels où les spectateurs sont assis, couvre feu à 21h et en jauges limitées
9 juin : couvre feu à 23h et jauges augmentées bien que toujours limitées
1er juillet : fin du couvre feu, levée des restrictions de jauges pour les spectacles assis ; les spectacles debout font l'objet de restrictions et sont autorisés selon des protocoles fixés localement par les Préfets ; le passe sanitaire est mis en place pour les événements et lieux de plus de 1000 places.
Juillet : "la reprise n'est qu'une illusion" estime la CGT spectacle constatant qu'un grand nombre de lieux n'ont pas pu réouvrir ou que de nombreux festivals n'ont pas pu se tenir
21 juillet : le passeport sanitaire s'impose à tous les événements et ERP culturels de + de 50 personnes.
31 juillet : publication de l'ordonnance qui prolonge l'année blanche pour les salariés intermittent au 31 décembre 2021
9 Aout : le passeport sanitaire s'impose à tous les événements et ERP culturels de toutes tailles

​​​Cette rubrique compile des chiffrages d'origines diverses, recueillis à partir de questionnaires, d'entretiens ou de sources statistiques. 

 

Diagnostic action
Impact de la crise sanitaire dans le spectacle vivant

 

  • Périmètre : étude nationale sur l'ensemble du secteur du spectacle vivant (tous types de structures et tous types de métiers)
  • Objectifs : mesurer les impacts à courts et moyens long de la crise sanitaire / identifier les besoins en compétences et en formations / définir des stratégies et conditions de reprise
  • Pilotage : CPNEF-SV, Afdas et DGEFP (Ministère chargé de l'emploi)
  • Réalisation : Kyu Lab consultants
  • Cadre : financement par la DGEFP et l’Afdas dans le cadre du PIC (plan d’investissement dans les compétences)
  • Méthodologie : analyse documentaire, entretiens, enquête (6 896 réponses de professionnels et 1812 réponses de structures), groupe de travail
  • Durée : 5 mois  (décembre 2020 / avril 2021)

Télécharger le rapport final - Publication Mai 2021

Télécharger la synthèse du rapport final - Publication Mai 2021


 

 

 

Données de la CPNEF-SV

 

Impact global sur l'activité et l'emploi en 2020 et 2021

  • Les entreprises
    100% des entreprises du spectacle vivant impactées, publiques (subventionnées, labellisées, conventionnées) ou privées. Soit plus de 21 200 entreprises : 
    * plus de 20 150 entrepreneurs de spectacles vivants -producteurs, diffuseurs et exploitants de lieux (salles de spectacles, festivals, opéras, orchestres, compagnies, ensembles et groupes musicaux, cirques, cabarets, music-hall, producteurs de spectacles, tourneurs...)-.
    * plus de 1 050 prestataires techniques au service de la création et de l'événement (sociétés et fournisseurs dans les domaines de la structure scénique, rigging, plateau, machinerie, son, lumière, vidéo, décors, costume, coiffure, perruque, maquillage...).
     
  • Les professionnels
    100% des salariés du spectacle vivant impactés, dont la majorité sans possibilité d'activité partielle et/ou de télétravail
    Soit plus de 217 160 salariés, dont :
    66% de salariés intermittents (CDDU) et 34% de salariés permanents (CDI/CDD)
    44% d'artistes interprètes (comédiens, musiciens, chanteurs, danseurs, artistes de cirques, artistes visuels...).
    En plus des salariés, la crise impacte également les demandeurs d'emploi (non ayants droit au régime spécifique d'assurance chômage des intermittents), et tous les professionnels qui exercent sous des statuts différents (auteurs, compositeurs, indépendants, micro-entrepreneurs, gérants...). Enfin, la crise touche les jeunes en cours de formation ou les personnes en insertion.
     
  • L'activité 
    De mars à juin 2020

    * Annulation de toutes les représentations des spectacles et des événements culturels
    * Arrêt des activités de création, des répétitions, de production/diffusion, des résidences, d'éducation artistiques et culturelles, d'interventions, des prestations techniques, des services annexes (bar, restauration, marchandising)...
    * Fermeture de plus de 1 000 salles de spectacles
    * Annulation de près de 2 600 événements et festivals, dont 2/3 musicaux (source France Festivals SoFEST), liste non exhaustive et non classée : Chorégraphie d'Orange, Festival d'art lyrique d'Aix en Provence, Le festival d'Avignon (In), Festival Off d'Avignon, Francofolies, Garorock, Rock en Seine, Solidays, Hell fest, Eurokéennes, Mainsquare, Printemps de Bourges, Lollapalooza, Roque Anthéron, Nuits de Fourvière, Printemps des comédiens, Montpellier danse, Jazz à Jouan, Jazz à Vienne, Musillac, Europavox, Marsatac, Les jeux de théâtre, woorstower, Les Vieilles Charrues, Beauregard...
    Depuis juillet 2020
    La majorité des 21 200 entreprises sont toujours à l'arrêt, ou bien on repris leur activité de façon limitée et dégradée.
    2021
    Festivals qui ont déjà annoncé leur annulation : Hellfest, Garorock, Solidays, Main square, Art Rock, Lollapalooza, Eurockennes, Musilac, Aurillac...

     

  • L'emploi des salariés intermittents du spectacle vivant
    Etude de la CPNEF-SV à partir des données de Pôle emploi - Série : Prospective - Octobre 2020


     

 

  • Conséquences de la crise sanitaire dans le spectacle vivant 
    Constats et risques  

    Note de la CPNEF-SV.  Série : Points de vue - 30 septembre 2020
          

     

  • L'impact de la crise sur les métiers sur la période de confinement
    Quelles vulnérabilités ?  

    Note de la CPNEF-SV. Série : Points de vue. Juin 2020

 

  • Prêt Garanti par l'Etat
    Fichier de la CPNEF-SV.
    Source : Etalab. Données datant du 22-01-2021 et portant sur l'année 2020.
    Retraitement : CPNEF-SV. Mise à jour du fichier le 22 janvier 2021.

     

    Fonds de solidarité
    Fichier de la CPNEF-SV.
    Source : Etalab. Données datant du 22-01-2021 et portant sur l'année 2020.
    Retraitement : CPNEF-SV. Mise à jour du fichier le 22 janvier 2021.

     

    Rapports et études

    Audit de la Cour des comptes
    Le soutien du Ministère de la culture au spectacle vivant - Septembre 2021

          Données sur la Filière musicale française - CNM octobre 2021 - Voir

    Rapport de l'Unedic
    L'impact de la crise sanitaire sur l'emploi des salariés intermittents du spectacle en 2020
    spectacle vivant, spectacle enregistré et branches connexes - Mars 2021

     

     

    Données d'Audiens

     

     

    Données Guso - Guichet unique pour les employeurs occasionnels de salariés intermittents du spectacle vivant

    Mise à jour des informations - 22 octobre 2021

     

    Source : Tableau de bord de juillet 2021, publié par Guso Pôle emploi. 

    Attention, les déclarations sociales peuvent être décalées dans le temps (envoi/traitement), ce qui explique les résultats pour le mois de mars 2020 notamment. 

     

     

    Données Afdas - Formation professionnelle

    Accès au dispositif FNE-formation (Fond national pour l'emploi pour les salariés en activité partielle) 

    De janvier à octobre 2020

    • 378 entreprises du spectacle vivant ont mobilisé le FNE-formation 
    • 1 943 salariés en activité partielle bénéficiaires d'actions de formation. 
    • 1,56 formation par salarié
    • Pour un total de 55 719 heures de formation et 1 947 026  € HT de coûts pédagogiques (1 002 € par salarié en moyenne).
    • Le spectacle vivant a engagé 13,20 % des actions du FNE-formation de l'Afdas

    Source : Afdas - Bilan FNE-Formation au 28 octobre 2020 

     

     

     

    2020

    Secteur public : entreprises artistiques et culturelles,
    et établissements culturels du spectacle vivant

     

    SYNDEAC, SNSP, Forces musicales, Profedim, ARENES, SCC, SYNAVI
     
    • Les entreprises
      100% des entreprises du spectacle vivant public durement impactées, labellisées ou indépendantes (tous domaines : théâtre, mime, marionnette, musique, danse, cirque, arts de la rue, cabaret, arts visuels..) : opéras nationaux et régionaux, orchestres nationaux et régionaux, théâtres nationaux, centres dramatiques nationaux, scènes nationales, centres chorégraphiques nationaux, scènes conventionnées, théâtres de ville, centres culturels, compagnies, ensembles ou groupes musicaux, festivals, centres de création musicale, centres de recherche musicale,…

       

    Usep-SV (SYNDEAC, SNSP, Forces musicales, Profedim)

    Source : communiqué du 16 juin - Données issus d'enquête, période février/juin.
     

    • Les entreprises
      900 entreprises artistiques et culturelles très durement impactées, notamment : centres dramatiques nationaux, centre chorégraphiques nationaux, centres de développement chorégraphiques nationaux, centres nationaux et régionaux de création musicale, scènes nationales, scènes conventionnées, orchestres permanents, opéras, théâtres de ville, compagnies, festivals, ensembles musicaux, etc.
       
    • L'activité
      18 665 représentations annulées
      16 442 jours de répétitions et résidences annulés (France et étranger)
      64 673 heures d'activités annexes et d'ateliers artistiques annulées
       
    • Le chiffre d'affaire
      84 478 322 euros de recettes perdues
      dont 47% de recettes de billetterie, 10 % de recettes d'activités annexes (éducation artistique et culturelle, bar,...) et 8% de recettes de mécénat 
       
    • L'emploi
      Près de  110 000 salariés impactés
      Salariés permanents CDI : 52% des entreprises ont eu recours à l'activité partielle 
      Salariés permanents CDD : 37% des entreprises ont eu recours à l'activité partielle
      Salariés intermittents : 40% des entreprises ont eu recours à l'activité partielle
       

     

    SMA (Syndicat des musiques actuelles), réseaux et fédérations de musiques actuelles

    Source : communiqué du 25 mars et du 25 juin. Estimations sur la période de mars à fin août.
     

    • Les entreprises
      1 500 structures de la filière des musiques actuelles très durement impactées, notamment : scènes de musiques actuelles (SMAC), salles de concerts, studios de répétitions, producteurs et diffuseurs indépendants de musique
      15% se sentent menacées de faillite dans les prochains mois
      50% a déjà sollicité le Fonds de secours du CNM et 50% le Fonds de solidarité
      12% ont eu recours au prêt garanti par l'Etat par crainte de s'endetter sans capacité de remboursement
       
    • L'activité
      Annulation de 16 000 représentations musicales et report incertain de 7 500 représentations
      80% des entreprises ont activé le dispositif d'activité partielle
      Pendant le confinement : aucune activité
      A partir de juin :
      * les salles de concert : 60% ont décidé de maintenir une activité de diffusion "alternative" (concert chez l'habitant ou sur rendez-vous, représentations en plein air, livestreams...)
      * les studio de répétition : reprise des résidences de création et des répétitions
      * les festivals : toujours annulés, sans possibilité d'indemnisation par les assureurs et rencontrant des difficultés avec les opérateurs de billleterie, tentatives de report à la rentrée
      * les producteurs : très en dangers du fait de perte de près de 87% de leur recettes propres
       
    • Le chiffre d'affaire
      300 millions de pertes de recettes propres
      1 structure sur 2 estime à plus de 50% ses pertes de CA pour 2020, et cela si le spectacle venant à reprendre en septembre

      Plus de détails et voir les revendications

       

    Entreprises privées du spectacle vivant 

     

    PRODISS : Syndicat national des producteurs, diffuseurs et salles de spectacle

    Source : Etude d’impact du COVID-19 sur le secteur du live,  réalisée par  EY -Ernst & Young Advisory-
    Enquête auprès des adhérents du  PRODISS. Mai 2020.

    Si pas de reprise possible avant janvier 2021, cas d'un scénario noir :

    • Les entreprises 
      Plus de 350 entreprises très durement impactées (producteurs, diffuseurs, salles de spectacles, festivals...), dans les domaines des musiques actuelles, des comédies musicales, de l'humour et des variétés
      51% des entreprises font face à un risque majeur (producteurs et diffuseurs indépendants) 
      40 % des entreprises font face à un risque modéré avec une santé financière fragile.
      9 % des entreprises font face à un risque faible, avec une santé financière dégradée. 
    • Le chiffre d'affaire 
      Du 1er mars jusqu’au 31 mai 2020 :
      96 % de pertes de CA pour les festivals dont la quasi-totalité sont annulés.
      590 M€ de perte totale de CA
       (recettes de billetterie, contrats de cession de spectacles, locations de salles, recettes annexes de bar, restauration, sponsoring…) causée par l’interruption forcée des activités de l’ensemble du secteur .
      D'ici à fin 2020 : 84 % de pertes de CA  soit 1,8Mds€ du CA prévisionnel du secteur du spectacle vivant et de variété.  
    • L'activité
      9 600 représentations annulées d'ici la fin de l'année, soit 80% du nombre de spectacles qui auraient du se tenir en 2020. 
    • L'emploi
      Les salariés permanents : 46% menacés directement d’ici à la fin de l’année (près de 4 180), et 2 800 à 3 300  salariés supplémentaires d'ici à 2021 
      Les salariés intermittents : 76% menacés de pertes d'emploi  ( près de 21 600) 
      Les emplois indirects des prestataires et fournisseurs, du spectacle et hors spectacle : 20 000 emplois menacés

       
    SNDTP : Syndicat National du Théâtre Privé
     
    • Les entreprises
      100% des adhérents durement impactés, soit plus d'une cinquantaine d'entreprises (producteurs, diffuseurs, théâtres et salles indépendantes)
       
    • Le chiffre d'affaire 
      Du 1er mars jusqu’au 31 mai 2020 :
      63  % de pertes de CA estimée
       
    • L'emploi
      5 500 emplois menacés

       

    CAMULC : Syndicat national des cabarets, music-halls et lieux de création
     
    • Les entreprises
      100% des adhérents durement impactés, soit environ une centaine d'entreprises (cabarets, music-hall, salles de spectacles indépendants).
       
    • Le chiffre d'affaire 
      Du 1er mars jusqu’au 31 mai 2020 :
      50  % de pertes de CA estimée
       
    • L'emploi
      3 500 emplois menacés

       

    SNES : Syndicat National des Entrepreneurs de Spectacle
     

    • Les entreprises
      100% des adhérents durement impactés, soit près de 300 entreprises (producteurs et diffuseurs indépendants)

     

    Prestation technique : entreprises au service de la création et de l'événement

     

     SYNPASE : Syndicat national des Prestataires de l’Audiovisuel Scénique et Evènementiel

    Source : Enquête du SYNPASE réalisée auprès de ses adhérents. Résultats octobre 2020
     

    • Entreprises
      Environ 200 entreprises prestataires de services techniques pour la création et l'événement durement impactés (assurent la mise en oeuvre des techniques scéniques : structure, scènes, décors, sonorisation, éclairage, vidéo, pyrotechnicien, costume, maquillage, coiffure...)

      Près d’1 entreprise sur 2 envisage de déposer le bilan dans les 6 mois.
      Soit près de 9 entreprises sur 10 envisageant de déposer le bilan dans les 12 mois.

       

    • Chiffre d'affaire
      Les pertes d'exploitations en 2020 sont estimées entre -80% à -90% du chiffre d'affaire.
      Référence année normale : environ 1,271 milliard d'€.
      Perte estimée en 2020 : 900 millions d'€

       
    • L'activité
      De la mi-mars à la fin de l'été, toutes les sociétés de location et de prestation sont à l'arrêt ou en reprise très limitée. Celles qui travaillent pour les festivals sont particulièrement touchées.

      Depuis septembre : pas de reprise possible 
       
    • Emploi
      17 000 salariés impactés (dont 4 000 salariés intermittents)
      95% environ des salariés ont été en activité partielle pendant le confinement 1
      60% des entreprises pensent être contraintes de licencier des salarié-es permanents dans les mois à venir 
      53% estiment le risque de dépôt de bilan élevé ou très élevé dans les mois à venir
      Evolution du nombre d'ETP : 6 900 en 2019 et 4 700 en 2020 (-32%)

      Evolution du nombre d'heures de travail des salariés intermittents : 2,4 millions en 2019 et 321 000 millions en 2020 (-87%)
      93% des entreprises  comptant au moins 1 salarié permanent ont eu recours à l’activité partielle. Parmi les salariés en activité partielle : 1/3 sont à 100% sans activité et 2/3 sont en activité réduite

    Un exemple d'entreprise : la situation de Magnum mi septembre
    -92% du CA sur les 6 derniers mois, 5M€ d'investissement bloqués
    Intégralité des actifs dormant dans les entrepôts, 4 hectares d'espace de stockage en activité réduite, 100 véhicules à l'arrêt
    Depuis le 16 mars : 90% des salariés  permanents en activité partielle, gel des embauches (près de 500 intermittents privés d'emploi, des CDD non reconduits).